Culture du poivre de Kampot est en difficulté

  • Actualité

Culture du poivre de Kampot est en difficulté. Les agriculteurs abandonnent le poivre malgré une offre excédentaire.

Un manque de demande pousse un grand nombre de producteurs de poivre de Kampot à abandonner la récolte, a déclaré hier, 1 octobre 2019, l'Association de promotion du poivre de Kampot (KPPA).

Poivre de Kampot

De nombreux agriculteurs ont du mal à vendre leurs récoltes, selon le président de la KPPA, Ngoun Lay. Il estime que 20 à 25% des petits agriculteurs (ceux qui exploitent moins de 12 hectares) ont abandonné leurs cultures après la saison des récoltes de cette année, qui vient de s’achever.

M. Lay a déclaré qu'une offre excédentaire de cette culture poussait les agriculteurs des provinces de Kampot et de Kep à opter pour d'autres cultures telles que la mangue.

«Certains défis obligent ces agriculteurs à cesser de planter du poivre», a-t-il déclaré. Selon lui, l'offre excédentaire actuelle est due au fait que les acheteurs ont commencé à cultiver la récolte de leur poivre, ce qui a commencé il y a seulement deux ans. "Les commandes des acheteurs ont considérablement diminué ces dernières années car ces acheteurs plantent aussi du poivre", a-t-il déclaré.

«Par exemple, avant, un acheteur commandait de 10 à 20 tonnes de poivre de Kampot, il n'en a désormais besoin que de 2 à 10 tonnes car il cultive lui aussi le poivre. Cela nuit aux agriculteurs », a-t-il déclaré. Il a noté que la culture couvre maintenant 290 hectares de terres dans les deux provinces avec 445 agriculteurs. Ensemble, ces agriculteurs produisent en moyenne 100 tonnes par an, mais les acheteurs ne demandent qu’environ 70 tonnes par an.

Un kilogramme de poivre noir de Kampot rapporte 15 $, tandis que le poivre rouge et le poivre blanc se vendent respectivement 25 $ et 28 $ le kilogramme. Cependant, certains agriculteurs ont dû vendre leur poivre noir à 13 dollars le kilo, le poivre rouge à 22 dollars et le poivre blanc à 26 dollars, a souligné M. Lay.

Le poivre de mauvaise qualité rapportait 10 dollars le kilo, mais maintenant, en raison d’une offre excédentaire, certains agriculteurs le vendent à des marchands vietnamiens à 2 dollars le kilo. "Il est préférable de vendre le poivre à un prix bas que de ne pas le vendre du tout", a déclaré M. Lay.

Sorn Nol, un agriculteur de 57 ans qui cultive le poivre de Kampot sur 12 hectares, a déclaré cette année qu'il produisait 900 kilogrammes, mais ne parvenait à en vendre que 300 kg. Ils ont été vendus à une entreprise française qui payait 13 dollars le kilo de poivre noir, 22 dollars le rouge et 26 dollars le blanc. Les 600 kilogrammes restants n'ont pas encore été vendus, a-t-il déclaré.

«Je ne pense pas pouvoir le vendre car le marché est maintenant très petit. J'ai décidé de commencer à cultiver des manguiers à la place », a-t-il déclaré, ajoutant que la demande de mangues était plus forte. Mon voisin a vécu la même expérience, mais je ne sais pas s'il choisira ou non de remplacer le poivre de Kampot par une autre culture.»

M. Lay a promis de trouver une solution pour les agriculteurs mais n'a pas fourni de détails concrets sur la manière dont le problème sera traité. Il a ajouté que l'association organiserait bientôt une réunion pour traiter ce problème tandis que la saison de récolte du poivre de Kampot s'étend de janvier à juin.

Le poivre de Kampot a obtenu le statut d'indication géographique dans l'Union européenne en 2015, garantissant un certain prix pour le produit sur les marchés internationaux. Selon l'association, seulement une partie de cette spécialité du Cambodge est exportée aux États-Unis, au Japon et en Corée du Sud; 30% est consommé dans le pays; 50% du poivre de Kampot est exporté vers l'UE.

Autre articles

Beauty style back to top