Cambodge veut interdire plusieurs professions aux ressortissants étrangers

  • Actualité

Cambodge veut interdire plusieurs professions aux ressortissants étrangers. Le ministère du Travail Cambodgien prépare actuellement une directive afin d’interdire aux ressortissants étrangers d'exercer une activité indépendante dans 10 catégories de travail, notamment en tant que directeurs des ressources humaines ou administrateurs dans des entreprises privées.

Cambodge veut interdire plusieurs professions aux ressortissants étrangers

Heng Sour, un porte-parole du ministère, a déclaré hier que les autres catégories incluaient les chauffeurs de taxi, de tuk-tuk ou de pousse-pousse, les barbiers, les vendeurs de rue ou les petites entreprises. Il a noté que les étrangers vivant et travaillant dans le Royaume devraient également contribuer 360 $ par an à l'économie.

"Les emplois dont la plupart d'entre eux seront exclus sont des emplois informels, comme conducteur des taxis, des tuk-tuks et des pousse-pousse, vendeurs ambulants de rue, barbiers, services de livraison ou gérants de petites entreprises", a déclaré M. Sour. "Le ministère prépare en ce moment une directive et va la bientôt promulguer."

Il a ajouté que le ministère interdirait également aux étrangers d'occuper des postes de responsables des ressources humaines ou d'administration dans des établissements ou entreprises privés.

«Afin de recevoir l'autorisation d'utiliser des étrangers pour travailler dans le pays, les entreprises ou les institutions doivent montrer qu'elles ont donné la priorité au recrutement des autochtones cambodgiens ou que ces étrangers possèdent des compétences expertes que les Cambodgiens n’ont pas pour gérer leurs entreprises» A noté HengSour.

Il a ajouté que les étrangers indépendants travaillant au Cambodge devaient débourser 180 dollars par an pour les visas de longue durée et 130 dollars par an pour une carte de travail.

«Ceux qui viennent au Cambodge pour la recherche d'un emploi devront également payer 50 dollars par an pour une formalité réservée aux employés étrangers. Ainsi chaque étranger devra – t - il débourser 360 dollars par an », a ajouté M. Sour.

Vorn Pov, président de l'Association pour la démocratie indépendante de l'économie informelle (IDEA), s'est félicité hier de la décision du ministère, mais a exprimé des doutes sur sa mise en œuvre.

Je pense que les Cambodgiens qui travaillent dans les secteurs informels seront heureux et féliciteront le ministère du Travail si la mise en œuvre de la directive est efficace car ils peuvent gagner davantage de leurs activités, notamment les travailleurs et les vendeurs des provinces de Preah Sihanouk et de Siem Reap, " il a dit.

M. Pov a indiqué qu'il avait déjà vu plusieurs annonces interdisant aux étrangers d'exercer les mêmes activités que les Cambodgiens, mais que la mise en œuvre a été de courte durée.

"Je souhaite donc que le gouvernement et le ministère du Travail puissent veiller à ce que la directive soit effectivement appliquée afin qu'elle ne devienne pas redondante", a-t-il ajouté.

Selon un rapport du ministère du Travail, 160 077 étrangers de 93 pays travaillent dans le Royaume. Plus de 100 000 sont des ressortissants chinois et les autres sont des Vietnamiens, des Philippins, des Thaïlandais, des Indonésiens, des Taïwanais, des Malaisiens, des Sud-Coréens, des Indiens et des Britanniques.

Autre articles

Beauty style back to top