Musée du génocide de Tuol Sleng accueille une réunion mondiale sur le génocide

  • Actualité

Le Musée du génocide de Tuol Sleng, en collaboration avec l’Agence de coopération coréenne, le ministère de la Culture, l’Unesco et l’ONG Mémoire du Monde, a ouvert 28/8/2019 une conférence internationale de trois jours dans le cadre de son 40ème  anniversaire.

Musée du génocide de Tuol Sleng

Une déclaration commune du musée et de KOICA a déclaré que le premier jour, 40 participants de l'agence, de l'Unesco et de l'ONG avaient visité le musée le matin et le Champs de Mort de Choeung Ek l'après-midi. La visite a été facilitée par le ministère et le musée dans le cadre de la Conférence internationale de trois jours sur le génocide, la mémoire et la paix.

Selon la déclaration, le deuxième jour, divers donateurs, avec des groupes de la société civile et des institutions, discuteront des moyens de mieux diffuser l'information sur le régime cruel des Khmers Rouges dans le cadre des efforts visant à promouvoir la justice pour les victimes et à promouvoir le processus de réconciliation et la paix dans le royaume.

«Il y aura de courtes présentations et des discussions en table ronde sur le thème« 40 ans: recherche de la paix, de la vérité et de la réconciliation au Cambodge », a-t-il déclaré.

Selon la déclaration, la principale conférence internationale aura lieu demain et les représentants de 25 musées des cinq continents partageront leurs expériences en matière d'archivage d'activités de meurtres de masse ou liées au génocide, sous le thème "Rendre les archives accessibles - aspects techniques et éthiques".

Il a noté que les participants incluraient des membres du Comité international des musées commémoratifs à la mémoire des victimes d'infractions publiques, un sous-comité du Conseil international des musées.

Selon la déclaration, l'objectif général de la conférence est de sensibiliser à un événement d'une importance historique considérable pour le Cambodge et le monde, et de fournir une plate-forme pour promouvoir l'éducation au génocide, la consolidation de la paix et la réconciliation.

Chhay Visoth, le directeur du musée du génocide Tuol Sleng, a déclaré hier que la conférence de trois jours se tiendra dans le cadre des commémorations de son 40ème  anniversaire.

Il a noté que la KOICA, par l’intermédiaire de l’Unesco, avait fourni 1,15 million de dollars pour financer un projet de numérisation visant à maintenir et préserver environ 400 000 archives du régime brutal de Pol Pot.

Selon M. Visoth, une base de données est en cours de préparation pour inclure les notices biographiques des prisonniers, des gardiens de prison et des responsables, des négatifs et des microfilms originaux, des listes d'exécution, des listes de libération de prisonniers, des journaux de bord quotidiens et des méthodes utilisées pour surveiller les ennemis du régime.

Il a indiqué que le processus de numérisation serait achevé d’ici la fin de l’année et que la base de données serait lancée au début de l’année prochaine. M. Visoth a également déclaré que le musée du génocide Tuol Sleng avait vraiment besoin d'un bureau pour son personnel mais qu'il ne pouvait pas le construire car le complexe actuel est trop petit.

«Nous appelons les ONG à acheter des terrains à proximité du musée et à construire un bureau afin que notre personnel puisse disposer de plus d'espace de travail», a-t-il déclaré.

M. Visoth a estimé que l'achat du terrain et la construction du bureau coûteraient plus d'un million de dollars. Il a également appelé plus de gens à visiter le musée du génocide de Tuol Sleng, car il conserve une partie de l'histoire du royaume.

M. Visoth a noté que peu de Cambodgiens le visitaient et a exhorté la génération plus âgée à amener ses enfants à apprendre ce qui s’est passé sous le régime de Pol Pot.

"Comme le nombre de visiteurs cambodgiens est faible, je crains que la jeune génération puisse oublier cette partie de l'histoire du Royaume", a-t-il déclaré. «En moyenne, entre 400 et 500 personnes visitent quotidiennement le musée du génocide Tuol Sleng, dont la plupart sont des étrangers.»

Autre articles

Beauty style back to top